Azemmour - Mémoires du Futur

L’amour et l’attachement à un lieu sont le cœur vibrant d'un processus qui permet de s’identifier à une histoire et un passé partagé. Cet attachement affectif ouvre au vivre ensemble et à la bienveillance envers soi et la collectivité. Cet amour rend inclusif et curieux, il ouvre à l’altérité émanant des différentes migrations en un lieu, un des plus anciens phénomènes de l’humanité.  La coexistence de ces différents vécus et trajectoires est ancrée dans le sous-sol de notre terre, dans les vestiges apparents du passé ainsi que dans le présent. Ces vestiges reflètent la diversité d’un paysage culturel et racontent cette multitude de vies humaines. Il en va de même pour Azemmour. 

 

 

 

 

Azemmour, située à 70km au sud-ouest de Casablanca sur le bord du fleuve et l’embouchure de l’Oum er-Rbia, détient une des plus anciennes médinas du Maroc. Son emplacement géographique a fait d'elle un lieu stratégique pour le commerce entre l’Afrique, l’Espagne et le Portugal. Elle a prospéré grâce aux produits agricoles de son arrière pays, l’artisanat et les produits issus du commerce de longue distance. Ainsi s’est développée une coexistence cosmopolite entre arabes, berbères, chrétiens, musulmans et juifs. Mais sa chute sur le plan économique au début du 20ème siècle a sonné le début d’un processus d’oubli et d’abandon qui marque à présent la ville et ses habitants.  


 

 


La rencontre entre Florence Aigner de Polymorfilms qui habite et travaille entre Bruxelles et Azemmour, Thierry Van Uytvanck, habitant belge d'Azemmour, et des jeunes de la médina d’Azemmour, a donné forme et vie à un projet qui vise à revaloriser la richesse historique et culturelle de la ville. Sous le nom du collectif Azemmour – Mémoires du Futur, ils travaillent pour connaître, se réapproprier et ensuite partager l'histoire et des récits de ce patrimoine oublié. Depuis 2017, il s’est ajouté Noemie Arazi de Groundworks ainsi que d’autres intervenants. A présent nous portons toute notre attention sur la mémoire de ces lieux, de ses habitants et de leurs récits de vie à travers des captations audio-visuelles. Depuis 2015, le soutien généreux de la cellule Solidarité Internationale de la ville de Bruxelles, nous a permis de donner des formations à la photographie, à la captation sonore ainsi que d'initier des participants à des techniques de collectage d'histoires orales et de récits de vie d'Azemmouris. Notre objectif s’inscrit dans une vision engagée par rapport à la culture, l’histoire, le partage et le vivre ensemble. Nous espérons que cet engagement à long terme aura des retombées positives au sein d'Azemmour, de ses habitants et au-delà de ses murs.

 

Le regard est un chant 


et ce corps

un fleuve

qui traverse la ville 


fermant les portes

à l'oubli

salué par les oiseaux 


vivants 


jaillis de ma bouche 


en poème et pétales.

 

Tahar Ben Jelloun 'A l'insu du souvenir'

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Please reload

Featured Posts

Searching for the legacy of the Swahili-Arabs in the Congo

October 5, 2018

1/4
Please reload

Recent Posts
Please reload

Search By Tags